Fadi Fakhouri

Version du  14 novembre 2019

Fadi Fakhouri, professeur ordinaire

depuis le 1er août 2019

Nommé professeur ordinaire de l’UNIL le 1er août 2019, Fadi Fakhouri a également pris les rênes du Service de néphrologie du CHUV. Le clinicien chercheur s’intéresse notamment aux maladies auto-immunes et inflammatoires touchant le rein.

Formé en France, Fadi Fakhouri a effectué l’essentiel de sa carrière entre Marseille, l’Hôpital Necker de Paris et le CHU de Nantes. Il se définit lui-même comme un «clinicien scientifique» - un clinical scientist – et insiste: «Tout part du patient et de la clinique, et toutes les questions académiques reviennent vers le patient».

Dans ses recherches, le professeur se penche sur le rôle du système du complément dans les maladies auto-immunes et inflammatoires. Schématiquement, le système du complément est une cascade protéique très complexe qui fait partie de l’immunité innée, cette première barrière de défense de l’organisme. Or, une sur-activation ou une dysrégulation de ce système peut entraîner des lésions rénales graves, en particulier des cellules endothéliales.

Dans ce contexte, Fadi Fakhouri participe au développement d’une nouvelle classe de médicaments capables d’inhiber ou de moduler la réponse du système du complément. Ces avancées majeures génèrent de nouvelles approches de prise en charge ; elles dépassent le cadre de la néphrologie et pourront, estime le professeur, trouver des applications dans des cas de pathologies auto-immunes et inflammatoires touchant d’autres organes.

En parallèle, Fadi Fakhouri poursuit une recherche plus fondamentale, mais toujours dans une optique translationnelle, sur la réparation vasculaire dans les maladies du rein – là aussi des dégâts imputables à la sur-activation du système du complément.

Très actif dans la recherche, le professeur consacre néanmoins la plus grande partie de son temps à la clinique: «Pour un médecin, quel que soit son statut, le plus important reste l’activité clinique auprès des patients», note Fadi Fakhouri, qui souligne l’importance de la relation humaine dans la démarche thérapeutique.

Nouvellement arrivé à Lausanne, le professeur se réjouit de la richesse de l’environnement médical et académique ; il salue l’ouverture internationale, mais aussi la densité et la qualité des services du CHUV: «On ne peut pas vivre en autarcie, d’autant moins en néphrologie qui est une spécialité très «généraliste», puisque nous sommes en interaction avec l’immunologie, la transplantation, la médecine interne, la gynécologie, la réanimation, la rhumatologie, toutes des spécialités très bien représentées ici à Lausanne.»

Bio express

1971 Naissance
1989-1999 Etudes de médecine à Marseille puis à Paris
1999 Diplôme de médecine, Université Paris-Lariboisière
2000-2005 Spécialisation en néphrologie, Université Paris V
2005-2008 Chef de clinique puis médecin-cadre en néphrologie, Hôpital Necker, Paris
2008-2009 Recherche postdoctorale, Imperial College, Londres
2009 Obtention d’un PhD, Université Paris-Diderot
Habilitation à diriger la recherche, Université Paris V
2009-2019 Professeur de néphrologie, CHU de Nantes ; chef de l’équipe de recherche «Immunologie et réparation vasculaire dans les maladies du rein», INSERM, Université de Nantes
dès 2019 Chef du Service de néphrologie du CHUV et professeur ordinaire de l’UNIL

Par: Nicolas Berlie/Communication FBM

TOP ^

Suivez nous:  
Partagez:
Rue du Bugnon 21 - CH-1011 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 50 00
Fax +41 21 692 50 05
chuv-logo.svg